AUDITEUR

Claude Lambert

  • 78
  • commentaires
  • 35
  • votes utiles
  • 118
  • évaluations

un clin d'oeil aux archers

Au global
3 out of 5 stars
Performance
4 out of 5 stars
Histoire
3 out of 5 stars

Évalué le: 2020-09-14

C'est un livre intéressant mais qui ne fut malheureusement pas à la hauteur de mes attentes. Voyons voir le résumé : une C'est un livre intéressant mais qui ne fut malheureusement pas à la hauteur de mes attentes. Voyons voir le résumé : une vieille dame, enseignante à la retraite, Jane Neil est assassinée dans la forêt près du petit village de Three Pines, le cœur traversé par une flèche de chasse. Pourquoi une dame aussi gentille, pourquoi aussi vieille ? À qui le crime profite ? Ce sera un véritable casse-tête pour le plus singulier des policiers, l'inspecteur-chef Armand Gamache, qui ne se doute pas encore que d'autres cadavres vont se rajouter. Ce qui m'a plu dans ce livre est le développement de plusieurs volets qui s'imbriquent parfaitement les uns dans les autres. Par exemple, Jane Neil ayant été tuée par une flèche, Gamache va commencer son enquête chez les tireurs à l'arc. Il y a justement un club de tir à l'arc à Three Pines et là vous devez vous attendre à un cours d'archer 101 que j'ai trouvé un peu long et redondant. Il y a de bonnes idées dans ce récit. Des trouvailles. Je ne peux pas trop en dire évidemment, mais il faut voir ce que Jane Neil a fait des murs de sa maison et là encore, il faut s'attendre à un long palabre sur l'art et les couleurs. Je pense que l'intrigue est assez bien réussie mais elle est un peu diluée dans un étalage de détails et de connaissances. Mais je l'admets, c'est intriguant. En tout cas, je me suis creusé la tête. Il y a de bonnes idées. J'ai été déçu par les personnages car il n'y a pas vraiment de distanciation entre aux. On dirait des clones. Pas de personnalité, aucun élément qui les rattache au lecteur. Ils sont plutôt froids, peu attachants. Les personnages plus intéressants sont ceux qui sont morts. J'ai trouvé très fort par exemple le profil de Jane Neil et effectivement, les auditeurs se poseront forcément la question : À qui le crime profite ? Et ce n'est pas simple. Quant au héros de l'histoire, Armand Gamache, Je m'y suis très peu fait : plus grand que nature, sur fait, sur évalué, sur cultivé, habillé bizarrement, un peu déjanté, excentrique mais politiquement correct. Il régule à lui seul le rythme de l'histoire, souvent lent, parfois accélérant. J'ai de la difficulté avec ce genre de personnage plastique. J'ai quand même pu apprécier quelques bonnes idées déployées par l'auteure et apprécier aussi Raymond Cloutier comme narrateur. Il sait mettre l'emphase où il faut avec sa voix rugueuse. Il manque un peu de polyvalence dans la signature vocale, c'est sa seule faiblesse. C'est-à-dire cette capacité de donner une voix propre à plusieurs personnages. Je recommande tout de même ce livre audio car il n'est pas du tout désagréable à écouter parce qu'il développe avec finesse les cachotteries typiques de petits villages ou de petites communautés. Des petits bourgs où tout le monde connait tout le monde et où, automatiquement, tout le monde en sait trop…

Toujours plein d'étoiles

Au global
5 out of 5 stars
Performance
5 out of 5 stars
Histoire
4 out of 5 stars

Évalué le: 2020-09-08

J'ai trouvé ce deuxième opus de L'ODYSSÉE DE L'ESPACE très intéressant. Malheureusement, je n'arrivais pas à m'enlever le film de la tête. Aussi je vous dirai dès le départ que les scénaristes ont pondu une adaptation très libre du livre en film. Les deux sont excellents, mais je crois que le livre est supérieur. Dès le départ, l'auditeur/auditrice est embarquée dans une énigme : l'orbite de Discovery se modifie...dix ans après… Conscients que des évènements extraordinaires se déroulent à proximité de Jupiter et ne comprenant toujours pas pourquoi le superordinateur HALL9000 s'est dérèglé, les russes et les américains conviennent de s'unir pour aller voir et ils ne seront pas au bout de leurs surprises et les surprises, Arthur C Clarke sait les ménager avec un extraordinaire savoir-faire. Le texte est moins tendu que dans le livre premier et sensiblement plus descriptif. Il frôle même la lourdeur mais sans jamais l'atteindre. Je pense en particulier au contenu scientifique qui a été particulièrement bien vulgarisé. Pour moi en tout cas, c'était limpide. Même la description physique de la géante Jupiter avait pour moi quelque chose de bucolique, apaisant. La plume est détaillée mais pas jusqu'à l'ennui à quelques exceptions près. La principale faiblesse du récit repose sur HALL9000 et David Bowman car l'auteur ne leur a attribué rien de neuf comme rôle et leur discours est non seulement remâché mais il est aussi surexploité. Mis à part le froid Shandra, papa de Hall, j'ai été enveloppé par des personnages chaleureux et attachant, le docteur Floyd en particulier et le russe Max, amical, rassurant, sans peur et sans reproche et sur lequel tout coule ce qui n'est pas sans faire sourire. Et c'est Max justement qui m'amène à vous parler du narrateur. Mathieu Dahan n'a pas lu...il a raconté l'histoire avec un talent qui force l'admiration et une exceptionnelle capacité de rendre l'accent russe crédible, mélodique mais sans excès et c'est un beau défit car il est en général très facile de caricaturer l'accent russe. Donc, excellent travail de narration par un professionnel qui a su filtrer suffisamment d'émotion pour faire oublier le film. Tout le livre est crédible autant sur le plan littéraire que sur le plan scientifique. En bref : la lecture est captivante. La plume est fluide, la voix du narrateur est très agréable. Il y a un petit peu de redondance par rapport au livre premier. J'ai été déçu par HALL9000 mais séduit par l'imagination débordante de l'auteur et son aspect visionnaire. C'était pour moi un très bon moment d'écoute.

Sujet élimé

Au global
3 out of 5 stars
Performance
3 out of 5 stars
Histoire
3 out of 5 stars

Évalué le: 2020-08-31

Voici donc le quatrième volet de la série BOURBON KID dont l'origine remonte au LIVRE SANS NOM. La petite différence dans ce volet c'est le principal objet de convoitise. Il y a l'oeil de la Lune, déjà connue et maintenant le LIVRE DE LA MORT. Il suffit d'y inscrire le nom d'une personne pour qu'elle meure. Sinon, rien de neuf sous le soleil. Il y a autant de morts que de mouches. Santa Mondega est infestée de vermines qui veulent s'allier pour dominer le monde. Il y a des vampires, des loups-garous, des momies, des zombies et même un Père-Noël tueur d'enfants. À travers tout ce beau monde, des idiots, des crétins, des illuminés et des dégénérés. Quoique légèrement supérieur aux livres 2 et 3, Ce quatrième opus, c'est n'importe quoi, une descente dans la démesure, des dialogues insignifiants et une violence innommable presque traitée avec le sourire. En fait, en matière de développement, d'idées, d'intrigues, de crédibilité des personnages et de leurs motivations et sur plusieurs autres plans, LE LIVRE DE LA MORT n'arrive pas à la cheville du LIVRE SANS NOM. Ce livre a eu un succès inespéré d'autant qu'on ne connaissait pas son auteur...auteur qui a décidé de continuer...pourquoi arrêter une formule gagnante? Mais voilà...l'essoufflement s'est fait sentir dès le deuxième opus. Dans le livre de la mort, les poumons sont presque vides. Mais si je vois la série avec un peu de recul, je constate tout de même que LE LIVRE DE LA MORT apporte quelques réponses à mes questions et précise davantage le sort de certains personnages. Celui du Bourbon Kid demeure obscur faisant de BOURBON KID une série qui ne finit pas de finir. Je sens bien que je suis un peu à contre-courant dans mon commentaire. C'est vrai qu'il y a de l'humour dans le récit, de l'action et du rythme. Ça plait. Mais en ce qui me concerne, traiter et développer la violence avec autant de légèreté aurait plutôt tendance à m'agresser. Un dernier mot cette fois, concernant la narration. Elle ne m'a pas emballé. Je serais plus précis en disant qu'en dehors de la simple narration, j'ai trouvé les dialogues déclamés, théâtraux, emphatiques. Plusieurs de ces dialogues frôlaient la caricature. Peut-être que monsieur Justamon tentait de me dire par là que je devais accepter le livre pour ce qu'il est : un monde à part, décalé, complètement atypique, totalement différent, une sorte de conte fou. Voilà donc la suggestion que je vous fais : avant d'entreprendre l'écoute de cet audio, ne vous attendez à rien. Surtout si vous avez été séduit par LE LIVRE SANS NOM. La finale laisse supposer une petite possibilité de suite, je suis personnellement content de passer à autre chose.

Très loin de ce que je croyais

Au global
3 out of 5 stars
Performance
5 out of 5 stars
Histoire
2 out of 5 stars

Évalué le: 2020-08-19

J'ai été attiré par la page couverture. Observez-la. Elle semble promettre une grande aventure, en route pour une vie différente et possiblement meilleure. Le concept de couverture laisse croire à un récit de science-fiction pure alors que ce que j'ai lu est plutôt une intrigue passablement banale, truffée de nombreux épisodes sexuels et de dialogues insipides. Pour résumer très brièvement : la terre a été détruite. Des millions de rescapés ont été répartis dans cinquante vaisseaux-monde. L'histoire ce concentre sur un de ces vaisseaux: Humilité, un vaisseau colossal : 40 étages appelés *niveaux*. On y trouve des rues, centres commerciaux, maisons closes et toutes commodités. La mafia y fleurit, en particulier dans les quatre niveaux du bas, 37 à 40, appelés LE QUATUOR. L'intrigue, qui semble secondaire et sous-développé dans le récit est à l'effet que le vaisseau de repérage GAGARINE aurait découvert une planète habitable qu'on espère depuis plus de 123 ans. Or les capitaines, soucieux de garder l'information pour eux, font crypter tous les détails de la découverte. Une jeune femme, Yasmine vole le code qui devient fortement convoité et source de complot et de meurtre. J'ai trouvé cette histoire très ordinaire, sous-développée et par moment ennuyante. Il a été plus question des fameux et célèbres flocons d'avoine à la confiture de Sven que de la planète découverte par le Gagarine qui est quand-même la Terre Promise. Très peu d'informations sur la planète, sur le Gagarine, sur la construction et l'instrumentation des vaisseaux-monde, sur les étages V.I.P. et en particulier le ou les étages de commandement. Aucune donnée scientifique ne serait-ce que sur la propulsion ou la communication. Le développement du récit vise surtout la crasse de la Société avec beaucoup de sexe, de scandales et de passages grossiers et vulgaires au pire, prosaïques au mieux. En admettant que ce livre soit le premier d'une trilogie, j'aurais souhaité que l'auteur y inclut des éléments qui nous permettent de comprendre où il s'en va. Je m'attendais à de la science-fiction, j'ai eu droit à une comédie lascive. Je veux rendre hommage enfin à Loïc Houdré. Cet excellent narrateur a sauvé les meubles et m'a surpris par la vigueur de sa performance.

Encore très actuel

Au global
5 out of 5 stars
Performance
5 out of 5 stars
Histoire
4 out of 5 stars

Évalué le: 2020-08-11

Pour ceux et celles qui hésitent à aborder le classique, LES PRÉCIEUSES RIDICULES constituent une merveilleuse porte d'entrée dans l'univers de la littérature classique. Il s'agit d'une comédie en un acte exprimée en prose : À l'écoute, ça dure moins d'une heure, c'est drôle, léger, désopilant et antiélitiste. En effet, Molière y développe le thème d'une tendance sociale qui était courante dans la bonne Société française du XVIIe siècle : la préciosité, ce qu'un bon québécois appellerait le snobisme mais c'est peut-être un peu plus complexe car, compte tenu de la position qu'occupait les femmes dans la Société à cette époque, la préciosité était peut-être un des rares moyens permettant de se tailler une place et gagner un peu de respect. Mais Molière n'en avait cure. Il avait horreur de la préciosité. D'ailleurs. Molière était très critique de ses contemporains. Son regard était sévère. Ça transpire dans toute son oeuvre. Je note toutefois une certaine retenue de l'auteur dans le texte. Il ne voulait sans doute pas trop se mettre à dos ses contemporains qui appréciaient la préciosité. Cependant, je n'ai pas senti de retenue du côté de la performance vocale des comédiens. Ils m'ont surpris et enchanté par leur entrain et leur déclamation calculée. Cet opus est loin d'être le meilleur de Molière à mon avis car il caricature deux femmes précieuses et pincées au point d'en être ridicules. Peu de recherche dans le texte, une finale carrément expédiée. C'est écrit à la va vite. Toutefois, il était urgent pour Molière de plaire au roi d'une part et d'assurer son financement d'autre part. Le célèbre auteur a donc planché sur ce qui allait mettre tout le monde à la cour et le public d'accord : au-delà de l'humour spontané, de la drôlerie, du burlesque et surtout la caricature. Molière ne fait que démontrer ici que plus on fait d'artifice, plus on est artificiel. Sans être recherchée ni d'une grande profondeur, j'ai trouvé cette comédie drôle et tout à fait divertissante, jouée par d'excellents comédiens. Une pièce qui grossit démesurément les prétentions intellectuelles de deux femmes très ordinaires. L'idée est bonne quoique légèrement sous-développée. Moi j'ai aimé, d'autant que l'oeuvre n'a pas vieilli et son sujet est encore très actuel. Je vous le répète, si vous cherchez une porte d'entrée dans le monde de la littérature classique, et même si vous y furetez déjà, investissez une peu de temps dans LES PRÉCIEUSES RIDICULES. Rire garanti.

Début d'une série prometteuse

Au global
5 out of 5 stars
Performance
5 out of 5 stars
Histoire
4 out of 5 stars

Évalué le: 2020-08-10

C'est un roman historique très fort. Je dirais même un *policier historique* car on y suit une enquête complexe d'un sous-officier de la nouvelle gendarmerie nationale qui remplace l'ancienne organisation policière qu'on appelait la maréchaussée. Le policier s'appelle Victor Dauterive qui deviendra un personnage récurrent de l'oeuvre de Jean-Christophe Portes. Nous sommes dans la dernière décennie du XVIIIe siècle. Louis XVI tente l'impossible pour sauver son trône en s'appuyant en particulier sur son plus précieux général : Le marquis de Lafayette, appelé le héros des deux mondes, fait général par George Washington dans la guerre d'indépendance américaine contre le pouvoir colonial britannique, puis revenu en France pour gérer la sécurité du roi. L'histoire se déroule alors que les figures émergeantes de la révolution française lèvent la voix: Danton, Robespierre, Jean-Paul Marrat. Dans une société instable et chaotique, alors que le roi doit fuir son propre peuple, Dauterive enquête sur la découverte de cadavres dans la Seine, nus, la tête coupée avec une précision chirurgicale. Son enquête l'amène dans les coulisses de la révolution, mettant au jour un complot qui risque de mettre la France à feu et à sang. J'ai beaucoup lu sur la révolution française, suffisamment pour observer un profond respect de l'auteur pour le contexte historique. C'est très bien documenté. C'est un roman très attractif. J'ai eu l'impression d'avoir été installé à Paris au XVIIIe siècle. C'est vivant et aussi très explosif. Je constate toutefois deux petites faiblesses à cet ouvrage : le début est lent et le lien entre la révolution et les cadavres sans tête n'est pas évident ou tout au moins non-prioritaire tout au long du récit. Deuxièmement, il y a dans le récit, apparence de complots qui, tantôt s'opposent, tantôt s'imbriquent. On s'y perd un peu parce que le fil conducteur du récit devient chancelant par moment. C'est bien peu de choses devant le caractère de la plume, le réalisme historique, l'intensité des personnages et les extraordinaires capacités vocales du narrateur Florent Cheippe. J'ai eu du plaisir à suivre Victor Dauterive. J'ai même hâte de le retrouver dans sa prochaine enquête en espérant qu'il continuera à me tenir en haleine et m'entraînera dans les nombreux rebondissements qui ont si bien caractérisé sa première enquête. À suivre et j'ai hâte.

très prometteur

Au global
5 out of 5 stars
Performance
5 out of 5 stars
Histoire
4 out of 5 stars

Évalué le: 2020-08-03

C'est un livre très intéressant et la suite est extrêmement prometteuse. L'histoire est intrigante. Lorsque j'ai compris, très tôt à l'écoute, où Lucinda Riley voulait m'amener exactement, l'écoute est devenue simplement addictive. L'intrigue est originale, singulière. Un milliardaire dont on ne sait rien, du moins dans ce premier tome, adopte sept filles aux quatre coins du monde. Au décès du père adoptif, chaque fille reçoit en héritage un indice qui lui permettra de comprendre d'où elle vient de même que les circonstances de son adoption. Maïa est l'héroïne de ce premier tome. Comme ses sœurs, elle portera un nom de famille hautement symbolique : D'APLIÈSE, une anagramme de PLÉIADE et c'est là que réside la grande originalité de l'ouvrage global : LES SEPT SOEURS s'inspirent de la mythologie grecque et des sept sœurs des Pléiades, la légendaire constellation d'étoiles située à proximité de la ceinture d'Orion. On peut deviner un intérêt de l'auteure pour l'astronomie, mais j'observe surtout qu'elle était attirée par le caractère robuste et trempé de chaque sœur mythologique. Je reviens à Maïa car elle a le fameux indice qui lui permettra de remonter ses origines ce qui va l'amener dans un pays merveilleusement décrit dans le récit, Rio de Janeiro et le Brésil. J'y ai appris entre autres comment est né l'énorme monument du Christ Rédempteur qui domine Rio est qui est devenu une merveille du monde. C'est une histoire touchante si on se concentre sur Maïa mais certains éléments nuisent à l'équilibre du récit ou brillent par leur absence : Rien sur les motivations du Père adoptif. Je ne m'attendais pas à ce que tout soit dévoilé dès le premier tome, mais un ou deux indices auraient été bienvenus. Il n'y a non plus aucun indice sur la septième sœur. Elle n'apparait pas non plus dans les cinq synopsis suivants. C'est un mystère. Là aussi, j'aurais apprécié une petite échappée de l'auteure. J'ai trouvé enfin que l'origine de Maïa a été quelque peu sous-développée, survolée vers la fin et surtout concentré sur le récit de l'arrière-grand-mère mourante. Toutefois, malgré quelques longueurs, j'ai trouvé le récit intrigant, riche sur le plan historique, captivant sur le plan dramatique et j'ai été touché par le caractère romantique de l'histoire, ce qui est assez rare dans mon cas. J'espère que les tomes suivants seront à la hauteur mais avec MAÏA, je pense que ça promet.

1 personne a trouvé cela utile

intéressant sur le plan psychologique

Au global
3 out of 5 stars
Performance
3 out of 5 stars
Histoire
3 out of 5 stars

Évalué le: 2020-07-22

C’est un roman étrange, noir, un drame post-apocalyptique très visuel et heureusement car les dialogues sont plutôt linéaires, coupés au couteau. C’est le caractère descriptif de la plume qui m’a gardé dans le coup. Notez que tout ce qui est décrit dans ce livre a été vu, revu et rerevu au cinéma. C’est du réchauffé et ce sentiment de déjà vu ne m’a pas quitté pendant toute l’audition. L'histoire se déroule dans un monde dévasté, on ne sait pas par quoi ni dans quelles circonstances. Ce que je sais, c'est-à-dire peu de choses, c'est que dans un décor de fin du monde, deux êtres marchent vers leur destin sur une route qui leur est impartie. On sait qu'elle mène vers le sud mais ça ne nous avance pas tellement. L'histoire est donc celle de ces deux êtres dépersonnalisés : pas de nom, pas d'histoire, pas de passé, un présent infernal et un avenir incertain qui repose sur une route. Lui, c'est le père, que le narrateur appelle l'homme et l'autre le fils, que le narrateur appelle le petit. Le tout est rendu sans émotions, sans chaleur et pourtant, tout le récit repose sur une relation père-fils. Je n'ai noté aucune profondeur dans les dialogues. J'ai entendu les mêmes termes peut-être une centaine de fois : *J'sais pas* *J'en sais rien* *d'accord...d'accord* *J'ai très froid* J'ai très faim, *J'te demande pardon* et j'en passe… Je crois que toute la valeur du récit repose sur la psychologie des personnages et sur l'intuition des auditeurs et auditrices. Mais la relation entre le père qui cherche à protéger son fils et le fils qui ne veut pas décevoir son père a malheureusement été sous-développée. L'auteur a passé à côté d'une opportunité d'enrichir son récit en accentuant la relation Père-Fils avec plus d'émotion, plus de chaleur, de meilleures interactions et des dialogues mettant en perspective l'espoir nourri par ces personnages. Voilà je crois qui aurait donné une force, du caractère et de l'originalité à une histoire dans laquelle il n'y a rien de positif, de prometteur et moins encore, de joyeux. Ça reste noir et dramatique jusqu'à la fin qui est d'une infinie tristesse. Quant à la narration, Éric Herson-Macarel a fait de son mieux je suppose. Il a dû se débrouiller avec l'absence d'émotion et une traduction douteuse mais il n'est pas vraiment venu me chercher. Donc c'est un livre à écouter je pense avec *les oreilles du cœur* pour saisir au mieux ce que le père et son fils vivent sur leur route.

Indémodable

Au global
5 out of 5 stars
Performance
4 out of 5 stars
Histoire
5 out of 5 stars

Évalué le: 2020-07-20

Résumer un récit aussi considérable et riche relève ici du défi. Je dirai simplement que l'histoire est celle de Jean Valjean, un forçat qui, après avoir été libéré de prison trouve refuge chez Mg Myriel, l'évêque de Digne, qui le traite avec gentillesse. Mais Valjean vole son argenterie. L'évêque lui pardonne et lui fait promettre de devenir un honnête homme. Valjean change d'identité et parvient à Montreuil-sur-mer où il deviendra maire de la ville et lui assurera une grande prospérité. Mais le passé rattrape Jean Valjean ainsi que l’inspecteur Javert qui l'arrête. Évadé de prison, Jean Valjean sauve la fille de Fantine, la petite Cosette, des griffes des aubergistes Thénardier, et se cache. Puis, arrive dans le décor un beau jeune homme, Marius, sauvé de l'insurrection par Valjean. Quelques années plus tard, le jeune Marius tombe amoureux de Cosette et l'épouse. Le petit Gavroche meurt héroïquement sur les barricades. Marius découvre tardivement qui est son sauveur et se rend avec Cosette auprès de lui : Jean Valjean se meurt, dans la solitude et le chagrin. On ne peut pas critiquer un tel chef d'oeuvre, commenter est aussi un bien grand mot. Je ne peux ici qu'observer, entre autres que Hugo était un homme très engagé et extrêmement critique de ses contemporains. Je peux aussi transmettre mon ressenti : de la colère, de la joie, de l'empathie et surtout une grande tristesse car Victor Hugo évoque les Misérables dans les deux grandes définitions du mot : -Qui inspire la pitié, -Qui évoque la misère, le dénuement, pour citer Larousse. C'est un récit qui est très long. Pourtant, en cinquante-trois heures d'écoute, je ne me suis pas ennuyé une seule minute. C'est bien dans le style d'Hugo de se laisser aller à de grandes envolées colorées, des évocations, des parenthèses le tout nécessaire à la compréhension des personnages car dans ce récit, tout s'imbrique de façon aussi géniale que lente. Par exemple, un extraordinaire récit descriptif de la bataille de Waterloo qui se conclut comme on le sait par l'abdication de Napoléon le 22 juin 1815. C'est pourtant dans cet épisode que le brigand Thénardier sauve la vie de Pont Mercy, le père de Marius. Et cette parenthèse n'est qu'un exemple. Autre exemple, en lisant l'histoire de Gavroche, vous apprendrez l'origine du mot *gamin*. Hugo m'a gardé captif pendant cinquante-trois heures Je sais. Tout a été dit sur Victor Hugo et LES MISÉRABLES. Je ne peux que me joindre aux courants de pensées relatifs à l'oeuvre du Père Hugo. Sa plume est fluide et sans prétention. Ses personnages sont attachants. Gavroche en particulier m'a fasciné. J'ai pratiquement pleuré sa mort. Ce roman m'a fasciné parce qu'entre autres, il demeure d'une incroyable actualité et parce que ce roman peut-être encore plus actuel que les romans modernes, il me rend triste parce qu'il semble démontrer que l'homme ne changera jamais. Il y aura toujours des dominants et des dominés. Des riches, des pauvres. Une seule petite faiblesse au tableau sonore : Pourquoi cinq narrateurs. Michel Vuillermoz a narré le premier livre avec brio. J'aurais préféré le garder *pour moi* jusqu'à la fin. L'éditeur a décidé du contraire. Pour le reste, disons que j'ai fait avec délice la connaissance d'un génie.

1 personne a trouvé cela utile

Page de couverture de L'Alchimiste

une fresque sonore

Au global
5 out of 5 stars
Performance
5 out of 5 stars
Histoire
4 out of 5 stars

Évalué le: 2020-06-29

Ce livre est présenté comme un conte philosophique mais il m’est apparu essentiellement comme un roman initiatique…eh oui…un autre. Je ne me fais pas d’illusion, L’ALCHIMISTE est un best-seller international traduit dans de multiples langues. C’est donc qu’il a atteint beaucoup de monde. J’ai lu beaucoup sur le sujet, entre autres LA PROPHÉTIE DES ANDES de James Redfield et LE POUVOIR DU MOMENT PRÉSENT d’Eckhart Tolle. Tous ces livres ont été écrits dans une optique d’enrichissement de la personnalité et de l’esprit, ils ont un caractère qui pousse à l’introspection, à la spiritualité, au bien-être, à la philanthropie. Aucun de ces livres n’est mauvais, bien au contraire. J’ai savouré les livres de Redfield. Toutefois, avec L’ALCHIMISTE, j’ai appris peu de choses nouvelles. Le sujet, encore omniprésent en littérature, est échaudé. Sur le plan initiatique, L’ALCHIMISTE n’a rien de vraiment original et manque de profondeur. Très personnellement, je crois que Paulo Coelho n’est pas allé assez loin avec la quête de Santiago. L’ensemble, un peu ampoulé, comporte beaucoup de clichés et de phrase toutes faites du genre *Certaines fois, il est impossible de contenir le fleuve de la vie*. (extrait) Sur le plan romanesque, c’est un peu différent. L’histoire, quoique trop brève est bien construite et la deuxième partie en particulier a un petit quelque chose de très intriguant et voilà le coup de génie de Coelho : la nature du trésor que découvre Santiago m’a surpris et ébloui du fait de son contenu, des conséquences de sa découverte et surtout de l’endroit où il a été découvert. Cet endroit est à mille lieux de ce que je croyais, un endroit impossible et pourtant… L’écriture de Coelho est forte. Rien ne nous échappe dans l’aventure de Santiago qui évolue en crescendo. Ça rappelle le message que livre le récit de Paulo Coelho à savoir qu’il faut aller au bout de ses rêves. C’est un peu moralisateur mais ça devrait plaire aux lecteurs/lectrices/auditeurs/auditrices avides de ressourcement, d’enrichissement spirituel et de leçons de vie d’autant que le récit constitue une véritable fresque sonore dans laquelle d’excellents narrateurs ont mis beaucoup de cœur dans leur voix, le tout complété par la musique qui est magnifiquement appropriée. Peut-on finalement transformer le métal en or ? À vous de le découvrir. Attendez-vous à un dénouement surprenant…